Le gain de temps se calcule en années pleines de santé !

Se synchroniser au rythme de sa nature, grâce à son 2e cerveau

 

Afin de répondre à l’invitation de Jennifer, je vous propose de découvrir la relation entre votre consommation de sucre et le «Temps».

 

Si le sucre a une influence certaine sur l’équilibre de votre quotidien (coups de barre, changements d’humeur, manque de clarté d’esprit, problèmes de digestion), il a également une influence, souvent méconnue, sur votre flore intestinale, votre immunité et votre santé à long terme.

 

On peut donc facilement s’apercevoir que le sucre influence non seulement nos capacités à être efficaces, mais aussi notre temps de passage sur cette planète… 

 

Au niveau de notre patrimoine génétique, chacun d’entre nous naît avec des forces et des fragilités différentes. Si nos faiblesses sont des armes pointées sur notre santé, il ne tient qu’à nous de ne pas appuyer sur la gâchette…

 


Le gain de temps ne se calcule pas en heures, il se calcule en années!!!

 

 

Bienfaits de ma routine quotidienne

 

J’ai toujours aimé les balades dans la nature au petit matin. Cela demande un effort, celui de se lever avec une intention claire, de ne pas flancher en jouant les prolongations au petit-déjeuner et de s’habiller chaudement car (brrrr) il commence à faire sérieusement frais.

 

J’ai la chance de pouvoir partir à pied depuis chez moi, j’habite dans un petit village à la montagne, à proximité de plusieurs chemins de randonnée.

 

Les premiers pas sont toujours un peu inconfortables, mes jambes encore ensommeillées et raides rendent la foulée hésitante, la fraîcheur glacée du petit matin vient questionner la décision d’avoir quitté le doux et chaud confort de la maison.

 

Petit à petit, grâce à la répétition, mes pas deviennent plus dynamiques, plus souples, je commence à prendre conscience des bonnes odeurs de la nature, les champignons, les épicéas et l’humus humide, l’air glacé sur mes joues n’est plus un ennemi.

 

La beauté de la lumière joue avec la brume, comme un fantôme qui danse avec les rayons du soleil naissant. Le sourire vient alors à ma bouche, naturellement, sans aucun besoin de faire un effort, je dirais même que je ne pourrais pas l’empêcher.

 

Je commence à prendre la mesure de cet instant privilégié et unique, mon attention s’intensifie sur toutes les petites choses que je ne parviens pas à voir quand je suis stressé. C’est un peu comme si mon corps se synchronisait sur le rythme de la nature.

 

Ce rythme n’est pas celui de nos horloges qui égrainent le temps en heures, minutes et secondes, de façon figée, froide et mécanique. Ce rythme est plus sensible et plus fort à la fois, il ne repose pas sur une chimère, il repose sur la simplicité, la fragilité et le mystère d’ÊTRE VIVANT.

 

Je suis simplement heureux ici et maintenant, sans attentes et sans regrets.

 

 

Tout au long de la balade, mon sentiment de bonheur ne fait que s’amplifier, et c’est dans cet état que je commence à voir plus clair dans ma tête, que des problèmes qui me semblaient lourds se résolvent d’eux-mêmes, que les meilleurs idées surviennent, que l’envie de les transformer en action est présente…

 

J’ai l’impression que je pourrais soulever des montagnes. Cette exaltation recouvre la fatigue physique et il faut que mes courbatures hurlent plus fort pour que je pense à rebrousser chemin. Oui, le retour demande un effort et de la vigilance afin de prolonger cet état de présence. Je m’interdis de planifier le reste de la journée, je vis pleinement cette balade jusqu’au dernier pas.

 

Quand je franchis le seuil de la maison, je me rends compte que la journée ne fait que commencer et que j’ai emmagasiné une énergie formidable, qui à aucun moment, ne me fera regretter le temps passé sur les chemins de traverse, bien au contraire.

 

Les gains effectifs sont : les idées plus claires, l’énergie et le moral au top, l’envie d’embrasser la journée et la promesse d’une nuit de sommeil profond.

 

Et si je vous disais qu’il ne tient qu’à vous de vivre chaque seconde de votre vie pleinement, de réaliser tout ce que vous souhaitez, de cesser de voir petit, et de concrétiser vos rêves, de ne pas laisser vos problèmes alourdir vos épaules et de passer à l’action.

 

Vous pouvez obtenir tout cela grâce une telle balade quotidienne, cependant ce n’est malheureusement pas à la portée de tout le monde, je suis indépendant et j’ai la chance de gérer mon temps comme je le souhaite. S’il fallait que je me pointe chaque matin à 8 heures, en ayant auparavant rempli de multiples tâches et affronté le trafic, ce serait tout bonnement impossible.

Il existe une autre voie pour parvenir à ce résultat. Il s’agit de votre alimentation.

 

 

Le lien diabolique : nourriture et affect

 

 

Mon éveil au niveau corporel est passé par l’alimentation. Je suis grand (1m93) et dans mes jeunes années, il fallait éviter de m’avoir en pension, j’étais un véritable gargantua. J’engloutissais tout. Ma mère, gruyérienne d’origine, m’avait transmis le goût de la bonne crème double, des meringues et d’une cuisine plutôt riche, et c’est un euphémisme…

 

Pour ceux qui ne sont pas Suisses, la Gruyère est une région du canton de Fribourg, réputée pour ses magnifiques paysages formés de collines aux douces courbes. Les vaches y sont noires et blanches et grâce à une herbe incroyablement verte, leur lait est particulièrement riche. De plus, c’est un lieu où la tradition du terroir est importante et les fêtes comme la Bénichon viennent à bout des plus grands gourmands.

 

Il est vrai que quand on est jeune, tout passe… Cela se gâte malheureusement plus tard.

 

Nous sommes tous différents et uniques, nous naissons avec des forces et des faiblesses particulières. C’est en cela qu’il est important d’apprendre à se connaître et d’être éveillés aux appels de notre corps.

 

La médecine occidentale, bien qu’incroyable par exemple en chirurgie, est une médecine «de réparation» et d’étouffement de la douleur et des symptômes. On y parle peu de responsabilité. Dans la Chine antique, il est intéressant de savoir qu’un médecin était payé uniquement quand son patient allait bien! Car il était du devoir du médecin d’aider les gens à s’entretenir et à se connaître.

 

Pour ma part je me dis : pourquoi ne pas prendre le meilleur des deux mondes, soit la responsabilité de ma santé, ce qui comporte la responsabilité de ce que je mange, de mon environnement et également de mon état d’esprit au quotidien. Et de garder le recours à la médecine uniquement en cas d’accidents…

 

L’alimentation est la gâchette qui permet à nos faiblesses de nous pourrir la vie. Pour l’un, ce sera un problème de poids, de peau, pour l’autre, une maladie auto-immune ou une acidification du corps qui entretient alors des inflammations responsables de nombreux problèmes…

 

La base de la base, en ce qui concerne l’alimentation, est de parvenir à réduire sa consommation de sucre, la drogue du siècle.

Notre civilisation, depuis les années 60, s’est sûrement et lentement engouffrée dans le piège de l’agroalimentaire, sous prétexte de gain de temps et d’aider la maîtresse de maison à sortir de sa cuisine. Il ne faut jamais oublier que l’empire de la malbouffe a pour premier but de vendre, pas de prendre soin de votre santé.

 

Cela commence au berceau avec des laits maternisés qui nous conditionnent à rechercher le goût de la vanille dans les aliments, puis les petits «boud’choux» réclament les emballages chatoyants avec le tigre, le coq ou le singe qui, grâce au sucre, saturent leurs palais de plaisirs faciles et addictifs. C’est là que cela commence à être plus difficile de leur faire manger un fruit ou un légume, à moins que cela soit en compote avec plein de sucre ou un bout de tomate dans un big mac, dont le petit pain est …du sucre pur, accompagné d’une boisson que je n’ai pas besoin de nommer.

 

Le résultat de ce massacre prémédité est une perte de relation à notre propre corps, un besoin toujours plus grand d’aliments délétères, une perte de clarté d’esprit, un déficit des défenses immunitaires, un estomac en travail constant et un cops stressé.

Une atteinte à notre joie naturelle… et je n’ai même pas encore abordé le cortège de maladies potentielles et de prise de poids.

 

Cette consommation outrageuse de sucre nous enferme dans une prison cristallisée et planifiée. Elle entretient une demande permanente, que la simple volonté ne suffit pas à stopper. C’est votre flore intestinale malmenée, votre 2e cerveau, qui réclame sa dose directement à votre cerveau, c’est pour cela qu’il est si difficile de rompre le cercle vicieux.

 

Aujourd’hui un enfant de 7 ans a consommé autant de sucre que son grand-père pendant toute sa vie !

Cette surconsommation ne passe pas uniquement par les sucreries, mais par tous les sucres cachés qui se trouvent dans les aliments industriels, même les salés !…

 

Un bien-être fulgurant, garantie d’un changement à long terme

 

Le retour à une alimentation plus naturelle, tout comme la balade au petit matin glacé, demande un effort, ce n’est pas magique, sans votre décision de changer, pas de transformation possible.

 

Cependant la récompense est juste énorme et bien plus rapide qu’on ne le pense. En me basant sur ma propre expérience et sur celle de mon amie psychothérapeute, j’ai cherché à vous éviter les pièges dans lesquels je suis tombé.

Non, vous n’allez pas remplacer le sucre par des dattes ou la stévia, naturelle ou pas. ça ne suffit pas, car vous aurez toujours l’appel du goût sucré en bouche.

 

Le changement doit être plus profond, il passe par une transformation de votre perception du goût. Pour y parvenir, il ne s’agit pas de se battre contre quelque chose, car quand on se frustre, cela ne peut durer qu’un instant et souvent le résultat est catastrophique comme le sont les régimes yoyo.

Non, l’idée est d’aller avec le changement, tout comme lors de la balade où je dirige mon esprit vers des choses positives, et que je me remplis de l’instant présent. Pour y parvenir, vous aurez également l’aide de l’hypnose.

 

Pour revenir à la thématique de ma sympathique hôte, Jennifer, à combien d’heures gagnées estimez-vous la promesse :

– de retrouver la connexion à votre corps et à ses véritables besoins

– d’un esprit plus vif et clair

– d’un taux vibratoire plus joyeux

– d’une flore intestinale plus saine

– d’un système immunitaire au top

– et d’un sommeil vraiment réparateur…

Cela ne se calcule pas en heures, cela se calcul en années !

 

 

21 jours pour passer le SAS. Ceux qui l’ont fait ne sont plus revenus en arrière. Ils ont continué, de manière autonome, la recherche et l’évolution de leur équilibre personnel.

Si les retours reçus me font plaisir et sont souvent impressionnants en kilos perdus, (entre autres), ce n’est pas le plus important. Le plus important est de les voir sortis de la Matrice, et que même s’ils peuvent connaître des rechutes, ils savent maintenant comment procéder.

 

Vous ne regretterez jamais d’avoir fait l’effort du premier pas dans un petit matin brumeux, piquant et froid…

 

Un univers merveilleux de goûts nouveaux et bien plus subtils vous attend.

Une fois que vous vous serez sevré de cette drogue, et que vous pourrez prendre un biscuit ou un chocolat sans finir la boîte, vous n’aurez plus qu’une idée en tête, en faire profiter vos proches!

Car quand on a connu la vie «sans» on ne souhaite plus jamais quitter ce sentiment de bien-être, celui d’être véritablement vivant.

 

Ronald Juliet

Exhausteur de vous

 

 

Pour aller plus loin :

 

Mini formation gratuite :

Brisez votre attrait pour le goût sucré, plutôt que de lutter contre vos envies !

 

________________________________________________________________________________

 

Cadeau pour être plus efficace :

Le guide : “25 méthodes pour être plus efficaces… sans prise de tête !”